Cartographie la Transition francophone

#1

Suite de l’échange initié par Laurent Favia…

Préparation de la rencontre InterMapping
#2

Hello François Olivier
Où se trouve le texte de nos échanges sur Messenger ?

#3

Afin d’inclure tout le monde dans la boucle, je propose de continuer ici l’échange initié par Laurent Favia:

Hello les AmiEs Commoners de la Transition permacole francophone :blush:

Je n’arrive pas à retrouver le fil de vos echanges dans http://talk.incommon.cc

Alors je me permets de reprendre ici

J’ai rencontré Jean Paul Grange qui est le référent du Mouvement des Villes en Transition en France
Nous avons eu la semaine dernière un atelier ( à la Biennale des Villes en Transition â Grenoble) autour de la question de l’agrégation des données
Par ailleurs, hier soir , j’ai rencontré à Lausanne , Micaël Mitey et Michel Maxime Egger qui sont entrain de monter un Hub du Transition NetWork pour la Suisse Romande

L’idée a émergé de mettre en commun toutes les données du Mouvement des Villes en Transition Francophone ( belge, suisse , lux et français) via la Plateforme belge de Transition NetWork
Est ce jouable ?

Y aurait il une autre option plus pertinente pour la Suisse Romande ou en tout cas le bassin lémanique ?
une Plateforme commune pour tous les acteurs de la Transition en Suisse Romande ?

  • Sachant , comme vous le savez que Lionel Lourdin et Maurizio Notarangelo qui sont tous les deux de précieux conseils auprès de la Chambre de l’ESS APRES GE ( Genève ) œuvrent pour l’agrégation de la Base de données d’Après GE avec Transiscope
  • qu’il y’a un projet de plateforme de Demain Geneve ( suite au Film )
  • Une Plateforme existante avec Geneve Cultive ( Jardins partagés )
  • de nombreux acteurs autour de la Permaculture en Suisse Romande ( éparpillés )
  • sur le bassin Genevois , l’existence de Colibris Geneve ( intra-muros ) Colibris Pays de Gex , Colibris Arve
  • La Plateforme de Chablais-lac.fr
  • La Plateforme Nice Future que Barbara Steudler ( psdte du G21 - Swisstainibilry Forum ) , met à notre disposition
  • Et tous les autres acteurs de la Transition sur la région du Leman transfrontalier :
    GAEA21 , Cellule Verte, Pangloss Labs , etc…

Situation complexe et très intéressante à la fois

Des pistes ?

Tout de bon

Lo
06.80.63.19.37

#4

Hello,

Merci Laurent de nous connecter sur ces aspects.

Je voudrais d’abord rajouter à la liste le projet de carto mondiale des initiatives de Transition, sur lequel travaille le Transition Network. Je vais voir avec eux où ils en sont et vous tiendrai au courant.

Ce que tu proposes, Laurent, est bien en phase avec les objectifs du projet In Common. L’échange autour de GogoCarto (cfr échange ici GoGoCarto) est très intéressant aussi car l’aspect de synchronisation d’éléments présents sur diverses cartes est également abordé.

Ce qui me parait évident, c’est qu’imaginer travailler directement sur une carte unique parmi tous les acteurs listés ci-dessus n’est ni réaliste, ni souhaitable.
On comprend que chaque région / collectif veuille pouvoir définir ses propres catégories, et ne vouloir éventuellement “synchroniser” qu’un sous ensemble de catégories.

Illustrons… Comment faire dialoguer une carte de Bruxelles avec une carte belge, et cette future carte de la Transition francophone ?
Imaginons qu’au niveau belge, on considère que les friteries 😉 sont une catégorie essentielle au soutien de la Transition qui doit apparaître sur notre carte. Les responsables de la carte bruxelloise voudraient sans doute synchroniser cette catégorie (tout ajout ou modification de friteries sur l’une ou l’autre carte serait répercuté sur l’autre carte), mais sans doute pas la carte “globale” (toute la francophonie ne partage sans doute pas notre passion pour la frite).

Cela peut sembler un détail, mais sur le terrain, les initiatives veulent vraiment à la fois profiter des “économies” d’échelle et de la dimension participative de cartes globales, et à la fois pouvoir adapter leur carte pour représenter leurs spécificités locales.

Ce qui motive donc le développement d’outils permettant aux acteurs de travailler sur leurs propres cartes, nourries en partie par d’autres acteurs. C’est la voie que prennent InCommon et Cartogogo…

A+,

François

2 Likes
#5

Salut !

Pour la question de la synchronisation partielle, il suffit que les données soit structurées de manière à permettre des filtres assez fin. Par exemple ici il faudrait juste que toutes les friteries soit effectivement “taguées” comme friterie (via un système de tag, de catégorie ou autre chose)

On fait déjà ça sur transiscope, par exemple PrèsDeChezNous référence les supermarchés bio, ce qui n’intéresse pas Transiscope, donc lors de l’import et bien on enlève ces points.

Comme je disais dans l’email, le plus important est que chaque source de données ait des données propres, et facilement accessible. Par propre j’entends bien structurées, avec des champs précis (par exemple on préfère avoir un champ “telephone” et “email” séparés plutot qu’un champ “contact” ou l’on pourrait mettre un peu n’importe quoi dedans).

La question de la finesse de la taxonomy (l’arbres des catégories) est également primordiale. Si tous les points sont référencés via uniquement quelques catégories principales genre “Environnement”, “Education”, il sera très difficile de filtrer et donc d’inter-opérer les données.

Donc le plus important: des données de bonne qualité ! :smiley:

1 Like
GoGoCarto
#6

Du coup, si vous le permettez j’aimerais que Lionel Lourdin , Maurizio Notarangelo ( Genève - Chambre ESS ) et Pascal Kotté ( Transition Network Suisse Romande ( hub en cours ) soient aussî dans la conversation
Peux tu les inviter François Olivier ?
Si oui, tu as leurs coordonnees mail :wink:

#7

Parfait, invitations envoyées !

#8

Ah, tu m’as invité ? Pas encore vu, mais je vais retrouver ton email, dans le tas… Ah, ah, je me suis connecté et ai pu vous retrouver sans, comme un grand. Merci @Lorenzo (Flavia). Intéressantes explorations, et très belles idées. Je pense que le web sémantique (des systèmes capables d’échanger leurs données) est la clef pour reconquérir les territoires numériques, phagocytés par les grands marchands. Je ne code plus depuis 30 ans, mais je comprends les concepts, surtout si on m’explique longtemps. Salut à tous :slight_smile:

#9

:clap: Web sémantique, ou pas… (Open API, et Open data, pas suffisant) Ce qui va donc manquer, c’est un Thesaurus, ou arbre sémantique, ou truc de ce genre (Taxonomy, voilà, merci @Sebastian, mais plus de type thesaurus pour permettre des intercos multi-culturels-langues). Car pas de catalogue sémantique, pas de filtrages communs pour trier les données, pas d’open data possible…

Il doit y avoir des catalogues existants à disposition, et libres, mais je suis pas un expert sur ce sujet! Mais je peux en trouver et en inviter (ce qui n’implique pas leur acceptation à venir)

#10

petite faute frappe de @Lorenzo
Micaël METRY
instigateur de ReseauTransition.ch, coporteur du Cycle Transition Vaud (Suisse) 2019.
https://framavox.org/g/OGyp7lA2/reseautransition

#11

Super, je connais en effet Micaël, merci Pascal, invitation envoyée !