About In Common : Principes de base


#14

Ah, je viens de trouver le texte il est ici: About In Common : Principes de base
Je propose donc cde continuer la discussion à cet endroit


#15

En fait je suis perdue, dans la charte il y a 5 principes et ici 4 seulement et différents, je ne comprends pas toute la partie sur l’information libre a disparu? Je crois au contraire qu’il faudrait la développer dans la charte, peux t on reprendre l’ancienne plutôt, ou le travail avait déjà été commencé.


#16

J’ai consolidé la discussion pour éviter la confusion : tout se passe ici maintenant…


#17

Je ne saisi pas l’intérêt de coller aux principes de l’économie sociale, dans quel but?

Je trouve vraiment problématique de supprimer de la charte la question de l’information libre, il est crucial de parler de logiciel libre dans la charte, il faudrait même développer bien plus la question que ça ne l’est pour le moment.
La transparence est un autre enjeux, il s’agit de rendre transparentes les modalités d’organisation des personnes engagées dans incommon, par exemple comment sont prises les décisions (ex, si quelqun veut supprimer un article de la charte comment prend il cette décision, et comment la communique t il aux autres) des questions importantes doivent être détaillées ici aussi, comment les décision des observateurs sont elles prises à quel moment et conserver et organiser les justificatifs de ces décisions, par exemple.
La transparence et le l’information libre ne sont pas


#18

@natacha, @how, @fodevaux @adrien.louis merci pour les feedbacks, corrections dans le texte. Mat

Principes en matière de rassemblement, gestion et partage des données :

  1. visée de bien commun : les données rassemblées, gérées et partagées concernent les questions de défense et de promotion des communs sur le territoire belge
  2. information libre : ces données sont elles-mêmes un bien commun informationnel (creative commons, licence ODbL et API commun).
  3. indépendance : elles sont prises en charge par des communautés (collect., associations sans but lucratifs, coopératives à finalité sociale…) qui peuvent assurer par elles-mêmes le traitement et la mise à jour des données.
  4. démocratie transparence : InCommon doit être capable de répondre aux questions qui se posent dans tout système à prétention démocratique : quel est le pouvoir des admin? D’où le tiennent-ils? Quels intérêts servent-ils? A qui sont-ils tenus de rendre des comptes? Et, comment peut-on se passer/débarasser d’eux? InCommon doit offrir aux utilisateurs un droit de regard et d’action sur le processus de prise de décision.
  5. solidarité & interdépendance : incommon.cc se base sur un code en logiciel libre (licence AGPL, disponible sur framagit) et des taxinomies ouvertes, pour assurer une forme d’interopérabilité entre différents systèmes d’info et de communication qui adhèrent aux principes de la présente charte.

En bref, on veut faire d’In Common …

  • un outil de défense et de promotion des biens communs
  • un outil libre et indépendant
  • un outil démocratique et accessible à tou.t.e.s
  • un outil solidaire et interdépendant appropriable : susceptible d’être employé par d’autres collectifs solidaires les uns des autres dans leur volonté commune de défendre et promouvoir les communs, face aux vagues de privatisation, d’accaparement ou d’enclosure qui tendent à absolutiser le droit de propriété et à détricoter les droits qui y font barrage.

Et il se trouve que ce sont les principes de l’ES :

  • finalité sociale : visée de service à la collectivité, visée de bien commun,
  • autonomie de gestion : indépendance de la structure (vis-à-vis des puissances du marché, ainsi que des pouvoirs subsidiants)
  • gestion démocratique : 1 personne, 1 voix etc.
  • primauté du travail sur le capital : quelque chose qui ressemble très fort à une abolition (locale) de la propriété privée".

Le champ de l’économie sociale et solidaire inclut à la fois des associations sans but lucratif et des coop à finalité sociale (ou ayant reçu l’agrément CNC) ; c’est-à-dire l’ensemble des organisations qui nous intéressent dans le cadre de dewey maps et InCommon. Ces 4 critères valent ce qu’il valent (certains estiment qu’ils sont trop flous et trop facile à contourner) mais c’est un premier pas permettant de mettre au clair la question “qui on est/à qui on s’adresse?” .


#19

oui sans doute, mais je ne vois pas pourquoi nous ne pouvons pasavoir notre propre charte avec 5 principes incluant le logiciel libre.

xn.


#20

D’autant plus que le terme “appropriable” est ambigu, spécialement dans ce contexte.

Il me semble que “indépendant” et “interdépendant” se complètent bien ; ces deux-là me semblent bien plus importants que “transparent” – pour ma part, je lui préfère souvent l’opacité car la transparence dans une société panoptique reste problématique. L’interdépendance insiste non seulement sur la “réappropriation” par d’autres collectifs, mais aussi sur la solidarité entre collectifs, que ne transmet pas du tout “appropriable”. La liberté et la solidarité ne sont-elles pas plus importante que la transparence, l’‘appropriabilité’ ou même la démocratie ?


#21

De mon point de vue la transparence est essentielle elle implique de répondre à des questions simples qui couvrent des notions fondamentales d’organisation:

  • qui prend les décisions comment et pourquoi?

  • quelle est l’objectif et les perspectives de développement du projet à court moyen et long terme?

  • qui sont les personnes/associations participantes comment organisent-elles leur participation au projet quels sont les moyens à leur disposition?

  • qui a intérêt à ce projet, qui en bénéficie à court moyen et long terme?

  • quel est l’investissement nécessaire (humain et matériel) pour le développement et la continuation du projet?

  • quel est le plan pour répondre à ces besoins?


#22

ok
à mettre sur la table mardi prochain


#23

bonnes questions

qui prend les décisions comment et pourquoi? > ajouté au point 4: InCommon doit être capable de répondre aux questions qui se posent dans tout système à prétention démocratique : quel est le pouvoir des admin? D’où le tiennent-ils? Quels intérêts servent-ils? A qui sont-ils tenus de rendre des comptes? Et, comment peut-on se passer/débarasser d’eux?

quel est l’objectif et les perspectives de développement du projet à court moyen et long terme? > à taiter mardi prochain

qui sont les personnes/associations participantes comment organisent-elles leur participation au projet quels sont les moyens à leur disposition? > il y a peut-être un sous-point “accessibilité et participation” à ajouter dans le point “démocratie”

qui a intérêt à ce projet, qui en bénéficie à court moyen et long terme? > ok, ajouté au point “démocratie”

quel est l’investissement nécessaire (humain et matériel) pour le développement et la continuation du projet? quel est le plan pour répondre à ces besoins? question super importante, qui n’a pas encore été traitée.


#24

Si on ne discute pas en ligne pendant la semaine, je ne vois pas comment on va pouvoir finaliser quoi que ce soit.

Par ailleurs https://terre-en-vue.be/les-projets/ :

1. Votre projet correspond-il aux critères de Terre-en-vue ?
Terre-en-vue soutient des projets agricoles qui répondent aux critères suivants : projets professionnels, nourriciers, respectueux du sol et de la biodiversité, inscrit dans des circuits courts.
Terre-en-vue soutient des porteurs de projets ouverts au dialogue avec Terre-en-vue (transparence) et désireux de s’ouvrir vers une communauté locale.

Qui s’en occupe ? Personne.


#25

Je propose de clarifier rapidement qui sont les associations engagées dans in common,
de mémoire je cite, reseau transition, dewey, petites singularités, iew, agroecologie in action, mycellium.
J’ajouterais les nouveaux venus, alternativemut, commoning, Colabs, asbl ResSources et ce que j’oublie

De les contacter afin d’établir avec chacune les possibilités de leur engagement, qui peut fournir un lieu, qui peut engager du temps, etc…

Il faudrait aussi contacter d’autres intervenants importants afin de leur proposer d’utiliser ce projet, terre en vue est un bon exemple.

La réponse à cette question peut résider dans la rédaction de la charte, mais je crois qu’il faut aussi préciser un peu plus les enjeux, par exemple contribuer au renforcement des structures participantes dans leurs objectifs mutuels (ce qui implique que les structures doivent etre présentes pour exprimer les dits objectifs)

C’est peut être le point qui doit être traité avec le plus d’urgence, a mes yeux il est vraiment important que quelqu’un s’occupe de l’organisation de la communauté et des moyens doivent être donnés à cela, j’ai demandé mais pour l’instant n’ai reçu aucune réponse.


#26

Honnêtement je pense que la version actuelle de la Charte est suffisante pour commencer. Les essais de modification n’ont pas jusque là apporté grand chose et la participation n’étant pas optimale (notamment par l’absence des organisations mentionnées par @natacha), il me semble que nous devrions en rester là pour ouvrir la discussion plus tard.


#27

ok, j’ai tenté de mettre les principes en forme sur affiche, avec des pictos. (c’est peut-être pas utile, mais ça m’aide à y voir clair) poster-in common–test.pdf (249.2 KB)
. A demain:)


#28

Il n’y a plus du tout de mention du logiciel libre! :frowning:


#29

poster-in common–corrig.pdf (254.5 KB)

c’est mieux comme ça ?


#30

Ne revient-on pas vers 5 principes ?


#33

oui, je trouve ça bien avec 5 principes


#34

La Charte est publiée :

La conversation se poursuit ici : Charte IN COMMON Charter Discussion.

Merci à tou·te·s pour votre effort !

Vous pouvez à présent signer la charte en vous rendant dans vos préférences de profil (case à cocher).


closed #35